Igual que una sombra – 1945

Version 1945 – Orchestre Miguel CALÓ – Chant : Raúl Iriarte

Música : Osvaldo Pugliese

Letra : Enrique Cadícamo

Traduction : Denise Anne Clavilier / Barrio de tango

Igual que una sombra (1945) Pareil qu’une ombre
Hoy la vi después de un año, Aujourd’hui, je l’ai revue après un an,
hoy se cruzó por mi herida. Aujourd’hui, elle est passée par ma blessure.
Iba hermosa mi muñeca mimosa,    Elle marchait si belle, ma poupée câline,
iba al lado de otro dueño, mi sueño;     Mon rêve marchait au bras d’un autre proprio*
aquel sueño de mi vida.         Ce beau rêve de toute ma vie.
Pero era igual su corazón  Mais son cœur n’avait pas changé
que en mi amor siempre está,                                Il bat toujours dans mon amour,
y en mis noches sin estrellas  Et dans mes nuits sans étoile,
ella es mi gran dolor.         Elle est mon grand malheur.
Ella es una sombra    Elle est une ombre
que nubla mi frente                                                Qui couvre mon front
cuando, sin querer, la nombra.                               Quand, sans le vouloir, il parle d’elle.
Es mi pasado, es mi presente.    Elle est mon passé, elle est mon présent.
Y yo no puedo borrarla de mi mente.                    Et je ne peux l’effacer de mon esprit.
Ella en mis cuartetas,     Elle dans mes quatrains,
ella en mis angustias,                                             Elle dans mes angoisses,
ella en mi dolor de poeta ;                                      Elle dans mon malheur de poète ;
como raíces de tango grises,                                  Comme racines de tango sans couleur,
ella está en mi corazón.       Elle est dans mon cœur.
Otra vez llega el invierno,    Une fois encore, l’hiver arrive,
y mi vivir sin amores.  Et mon vivre sans amour.
Ya no suena su llamado esperado,      Son appel attendu ne se fait plus entendre,
y no escucho sus ternuras, tan puras.                      Je n’entends plus ses tendresses si pures.
¡Qué vacío me he quedado!                                    Quel vide elle m’a laissé !
Pero es igual, corazón,                                             Mais c’est égal, mon coeur,
en mi amor siempre está,                                        Dans mon amour, elle est toujours,
de ella son mis versos tristes Nourries d’elle sont mes tristes rimes
(mis) tangos de dolor.     (mes) tangos malheureux.

*dueño : désigne un propriétaire foncier, le patron d’une entreprise, le maître d’un animal.

Enrique Cadícamo siège au panthéon des plus grands poètes de tango, avec cette originalité d’avoir vécu, à 6 mois près, la totalité du xxème siècle ( 1900-1999 ). Il a écrit à peu près 1300 chansons, a beaucoup voyagé, mais c’est pour Paris et surtout pour Buenos Aires qu’il éprouvera un amour inconditionnel. Il a écrit 2 livres sur Paris : El debut de Gardel en París et La historia del tango en París.